23 mar

Acheter un appartement en vente à Montpellier quand on est en CDD est compliqué !

main femme noire signant un compromis de vente maison

Alors que syndicats et patronat se sont rencontrés mi-février pour évoquer la taxation des contrats à durées déterminés qui représentent désormais 87 % des embauches, Vousfinancer, courtier en crédit immobilier, constate que ce type de contrat reste le principal frein à l’accès au crédit immobilier pour les jeunes. Effectivement, seuls 3,5 % des emprunteurs ont obtenu un crédit avec un CDD en 2016. Toutefois, des solutions pourraient être mises en place afin de faciliter et sécuriser l’accès des jeunes à la propriété, même avec un CDD. Vous aimeriez acheter un appartement à Montpellier ? Soyez patient. Obtenir un prêt n’est pas simple. Pour vous faire aider, le mieux, c’est de faire appel à un courtier qui entretient de très bonnes relations avec les banques afin qu’il défende votre dossier !

Le CDD représente 87 % des embauches…
Selon la DARES (Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques) 87 % des embauches ont été faites en CDD en 2015 avec deux freins majeurs à l’accès au crédit du point de vue des banques : 70 % des contrats des CDD sont signés sur des durées inférieures à un mois, et seuls 20 % des CDD deviennent des CDI au bout d’un an contre 50 % en 1982 (source : France Stratégie).

Dans un tel contexte, on comprend qu’il reste globalement compliqué d’emprunter en CDD… « Par définition un CDD est un contrat qui prendra fin au bout de quelques mois alors que la durée initiale d’un crédit est de 20 ans en moyenne avec une durée de remboursement effective de 7 à 10 ans…, analyse Jérôme Robin président de Vousfinancer. Dans ces conditions, il est difficile pour les banques de prêter à long terme en ayant une visibilité à court terme seulement sur la pérennité des revenus qui permettront à l’emprunteur de rembourser sa mensualité ».

Malgré le fait que plusieurs banques soient totalement fermées à ce profil, certaines acceptent d’étudier les dossiers au cas par cas, en fonction du risque, du secteur d’activité, de l’activité des comptes, mais également de l’ancienneté dans la banque. La lutte n’est donc pas complètement perdue…

C.V. / Bazikpress © mariesacha

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée