26 nov

Respecterez-vous l’estimation du bien en faisant une offre au prix affiché dans une annonce immobilière à Montpellier ?

62©-Richard-Villalon-copy

Vous aimeriez acheter un bien immobilier à Montpellier ? Allez-vous respecter le prix affiché dans l’annonce immobilière ou ferez-vous une proposition plus basse ? Si le logement que vous avez visité vous a séduit et répond à vos besoins, attention, soyez prudent. La raison ? Cet automne, les acheteurs sont nombreux sur le marché. Ils profitent toujours des conditions proposées par les banques. Celles-ci cherchent en effet à attirer les emprunteurs pour remplir leurs objectifs de production 2017 ou pour tisser une relation durable avec eux. Résultat, en novembre, comme le mois précédent, plusieurs banques ont à nouveau fait de petites baisses sur leurs taux de crédit !

Si vous choisissez de négocier le prix affiché dans l’annonce immobilière à Montpellier, soyez certain qu’aucun autre acheteur n’est intéressé par ce logement. En France, rappelez-vous, le vendeur est obligé d’accepter la 1re offre d’achat au prix. Et la surenchère est interdite. Vous ne pourrez pas proposer plus que le prix affiché !
Lorsqu’un logement correspond réellement à son budget, ses critères…, il n’est donc pas conseillé de chercher à tout prix à grappiller quelques milliers d’euros. Mieux vaut payer le prix affiché dans l’annonce. Et pour être honnête, même en faisant cela, vous n’êtes pas assuré de devenir propriétaire du logement.

En effet, si un autre acheteur a la même idée que vous, c’est le vendeur qui choisit son acheteur. Pas l’agence immobilière. Celle-ci est tenue de transmettre toutes les offres similaires à son client. Peu importe l’ordre d’arrivée des offres. Sur quoi se base-t-il pour sélectionner un acheteur? La solidité financière de l’acquéreur, son plan de financement. Il compare les offres, fait le point sur le montant de l’apport de chaque candidat, cherche à savoir celui qui a le plus de chance d’obtenir son prêt donc de ne pas lui faire perdre de temps !

C.V. / Bazikpress © Richard Villalon

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée